Étiquette : santé

Faire reconnaitre l’aidant comme un acteur du système de santé

Accompagner votre proche fragilisé après un accident, un diagnostic, est une démarche logique pour vous. Vous ne comptez pas les heures passées à son chevet et ne songez pas à parler de votre situation, encore moins de vous en plaindre. Pourtant, le rôle d’aidant a un réel impact sur votre vie personnelle, professionnelle ou votre santé. A l’occasion de la Journée nationale des aidants le 6 octobre, Lili smart a interviewé Claudie Kulak, présidente du collectif Je t’aide qui a créé cet événement il y a 8 ans.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Claudie Kulak, je suis la fondatrice de la Compagnie des aidants, un réseau social d’entraide et d’échanges, et présidente du collectif associatif Je t’aide qui réunit 15 structures travaillant sur le sujet des aidants.

 

Quelles sont les plus grandes difficultés auxquelles sont confrontés les aidants ?

Accompagner un proche peut avoir de lourdes conséquences sur la santé des aidants. Ils se plaignent souvent de troubles du sommeil, d’anxiété, de stress, d’épuisement, de troubles musculosquelettiques… Le stress est pratiquement toujours mentionné dans les études parce que les ¾ des aidants ressentent une charge importante. Et forcément, quand vous êtes stressé ça a des répercussions sur la qualité de votre sommeil… C’est d’ailleurs pour ces raisons que cette année, la thématique de la Journée des aidants porte sur leur santé.

Bien évidemment, tout cela a des répercussions financières parce que les aides qui sont apportées aux personnes fragilisées ne sont pas suffisantes. Elles ne couvrent pas tous les frais, il n’y a pas assez d’heures de service à la personne financées par exemple. Alors que le baromètre de la CARAC estime à 2049€/an les dépenses moyennes pour un aidant qui accompagne un proche fragilisé. Et puis ils ne connaissent pas toujours toutes les aides qui peuvent leur être proposées.

 

Après leur journée de travail, c’est parfois une deuxième vie qui commence. Certains aidants, arrivés le vendredi, prennent le train pour aller s’occuper de leurs parents.

 

Les risques d’épuisement sont-ils les mêmes pour les aidants salariés ?

Les aidants salariés ont des difficultés à concilier leur vie pro et leur vie privée. Après leur journée de travail, c’est une deuxième journée qui commence, et même parfois une deuxième vie qui commence. Certains aidants, arrivés le vendredi, prennent le train pour aller s’occuper de leurs parents et reviennent le dimanche soir. Et après ils ont leur propre quotidien à gérer. Vous avez 2 à 3 gestions de vie en même temps. Et puis quand vous êtes tuteur, vous avez encore toute la gestion administrative, financière, juridique… Vous avez tout à gérer en double ou en triple en plus de votre travail.

La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement a mis en place le Congé de proche aidant, mais il n’est pas rémunéré alors les aidants ne vont pas s’arrêter, ils ont trop besoin d’argent… Donc ils se mettent en congé maladie et après leur responsable des ressources humaines va se demander s’il est fiable, ce qu’il fait… Alors que c’est le seul moyen qu’il a trouvé pour prendre soin de son proche. Donc son rôle d’aidant a aussi des conséquences sur son propre avenir professionnel.

Ce n’est pas encore parfait, toute nouvelle mesure est bonne à prendre, mais aujourd’hui ce n’est pas encore suffisant par rapport à la problématique sociétale.

 

Quelles sont les solutions existantes pour les aidants ?

Il existe le financement de la perte d’autonomie avec l’Allocation Personnalisée d’Autonomie qui permet de financer des heures de service à la personne, comme le soutien via des auxiliaires de vie qui vont effectuer des tâches à domicile pour soulager le proche fragilisé ou l’aidant, le don de RTT, le congé de proche aidant, le baluchonnage… Ce sont des solutions qui vont pouvoir aider les aidants, mais ce n’est pas suffisant.

 

Pour ceux qui souhaiteraient s’occuper d’un proche, la solidarité nationale doit faire en sorte que ces personnes aient un statut avec des droits. Il existe un congé de maternité, pourquoi il n’y aurait pas un congé financé pour s’occuper de sa maman âgée.

 

Dans votre plaidoyer, vous parlez de « faire reconnaitre l’aidant comme un acteur du système de santé », pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Dans la stratégie de santé 2018/2022 le haut conseil de la santé publique a bien conscience du rôle central joué par les aidants, notamment au regard de l’avancée en âge de la population. Aujourd’hui, on a réussi à ce que les aidants soient clairement identifiés comme des acteurs incontournables de la prévention de la perte d’autonomie. On a la preuve aussi qu’ils sont au cœur du système de santé dans la perte d’autonomie, dans l’accompagnement du cancer ou d’un enfant en situation de handicap.

Ils représentent vraiment une clé de voute dans le parcours de soin du proche malade. S’il n’y a pas d’aidant pour être le chef d’orchestre, cela peut mettre en péril le parcours de santé du proche fragilisé. On sait que 80% des soins sont prodigués par les aidants. La CNSA les considère déjà comme des co-soignants. Ils jouent vraiment un rôle de pivot dans la relation patients/professionnels de santé et auprès de l’écosystème autour du proche fragilisé. Ce que l’on veut c’est qu’il y ait une totale reconnaissance du rôle de l’aidant avec un statut clair qui lui permet d’obtenir des droits. Souvent il met de côté sa carrière professionnelle et quand il arrive à la retraite il se retrouve sans rien du tout. Du temps où les femmes travaillaient à domicile il n’y avait pas de problème car elles s’occupaient de leur enfant en situation de handicap, de leur proche âgé, de celui qui tombait malade et il y avait cette solidarité familiale. Aujourd’hui elles travaillent à l’extérieur, elles prennent leur indépendance, donc on ne plus s’appuyer uniquement sur elles, il faut trouver des solutions pour palier cela. Pour celles et ceux qui souhaiteraient s’occuper d’un proche, la solidarité nationale doit en tenir compte et doit faire en sorte que ces personnes aient un statut avec des droits qui leur assurent un revenu ou une retraite minimum. Il existe un congé de maternité, pourquoi il n’y aurait pas un congé financé pour s’occuper de sa maman âgée. Notre pays est riche parce que des salariés maintenant retraités ont travaillé toute leur vie pour que ce pays soit riche. La moindre des choses c’est de les accompagner dans leur perte d’autonomie et de prendre en charge cela d’une manière ou d’une autre. Si une personne veut accompagner un proche c’est normal que cet investissement soit compensé.

 

Dans quelles mesures l’association Je t’aide intervient pour réduire l’épuisement des aidants ?

Notre démarche c’est vraiment de sensibiliser les aidants sur les situations les plus à risques et sur des actions de prévention pour éviter d’arriver à des situations d’épuisement ou de maladie. On fait de la prévention, on essaie d’alerter les consciences, on a déposé des préconisations au gouvernement.

On essaie de dire aux aidants « Pensez à votre propre vie, vous ne pouvez et ne devez pas la mettre de côté. » Mais s’ils arrêtent de travailler, comment font-ils pour subvenir à leurs besoins, pour manger, payer les factures, cotiser à la retraite… ?

Les missions principales du collectif Je t’aide sont d’agir en prévention au niveau des aidants, pour leur faire prendre conscience de leur rôle et des limites de ce rôle et d’agir aussi avec les pouvoirs publics pour leur faire comprendre qu’il faut mettre en place des solutions pour soutenir ces aidants sur le long terme.

 

 

En savoir plus

#1 La santé des aidants

#2 La vie professionnelle des aidants

Fiche pratique : Test, quel aidant êtes-vous ?

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Etre aidant, quelles conséquences sur votre vie ?

Accompagner votre proche fragilisé après un accident, un diagnostic, est une démarche logique pour vous. Vous ne comptez pas les heures passées à son chevet et ne songez pas à parler de votre situation, encore moins de vous en plaindre. Pourtant, le rôle d’aidant a un réel impact sur votre vie personnelle, professionnelle ou votre santé. A l’occasion de la Journée nationale des aidants le 6 octobre, Lili smart consacre son dossier du mois aux conséquences de l’accompagnement sur la vie des aidants.

DOSSIER

Sommaire

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Lexique des aidants

AAH – Allocation aux adultes handicapés

L’AAH est une aide financière qui permet d’assurer un minimum de ressources. Elle est attribuée aux personnes de plus de 20 ans atteignant un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80%, ou compris entre 50 et 79% avec une restriction substantielle et durable d’accès à l’emploi reconnue par la CDAPH.

Accueil de jour

Cette structure accueille des personnes âgées vivants à domicile pendant une demi-journée, une journée, plusieurs jours par semaine pour leur permettre de conserver une vie sociale et de participer à des activités. Il permet également aux aidants de s’aménager des moments de repos.

Accueil familial

L’accueil familial est une solution alternative à l’hébergement en établissement. Des accueillants familiaux, agréés par le conseil départemental, proposent d’héberger des personnes âgées ou handicapées ne pouvant plus vivre seules à domicile.

AGGIR

La grille AGGIR permet d’évaluer le degré de dépendance d’une personne, notamment du demandeur de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA). Les niveaux de dépendance sont classés en 6 groupes dits « iso-ressources » (Gir) selon la capacité à accomplir des activités :

  • Activités corporelles et mentales (communiquer, se repérer, faire sa toilette, se servir à manger…),
  • Activités domestiques et sociales (gérer son budget, effectuer des travaux ménagers, acheter volontairement des biens…).
Agitation nocturne

L’agitation nocturne est représentée par des troubles du sommeil tels que le somnambulisme ou les terreurs nocturnes.

Agnosie

L’agnosie est l’incapacité à reconnaître les objets ou à les nommer. L’agnosie peut être visuelle, mais aussi auditive (non reconnaissance des sons), tactile (ne mémorise plus la sensation d’un toucher, d’une matière), spatiale (incapacité à se représenter dans l’espace) ou corporelle (ne reconnait plus les parties de son corps).

Aidant

Un aidant est une personne qui vient en aide à un proche de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne.

Aide à domicile

Intervention d’un professionnel à domicile pour l’accompagnement à la réalisation des actes de la vie quotidienne : lever/coucher, toilette, prises des repas…

ALD – Affection de longue durée

L’affection de longue durée est la dénomination d’une maladie grave et/ou chronique ouvrant droit à une prise en charge à 100% par l’assurance maladie (diabète, cancer, mucoviscidose, VIH, Alzheimer…).

AMP – Aide médico-psychologique

L’aide médico-psychologique accompagne les personnes handicapées et/ou les personnes âgées dépendantes afin de les aider à développer les capacités motrices, intellectuelles et à participer à des activités de vie sociale et de loirsirs.

ANAH – Agence nationale de l’habitat

L’ANAH peut accorder, aux propriétaires ou locataires, une subvention pour la réalisation de travaux pour l’adaptation d’un logement.

APA – Allocation personnalisée d’autonomie

L’APA permet de financer une partie des dépenses nécessaires au maintien à domicile d’une personne dépendante, ou une partie des frais dédiés à son hébergement en établissement d’accueil.

Apathie

L’apathie constitue une indifférence émotionnelle, une absence de désirs ou de motivation.

Aphasie

L’aphasie désigne un trouble du langage représenté par l’incapacité à trouver ses mots, voire une perte totale de l’expression verbale.

Apraxie

L’apraxie désigne l’incapacité à réaliser correctement des mouvements habituels (s’habiller, mouvements de la bouche, dessiner…).

ASPA – Allocation de solidarité aux personnes âgées

L’ASPA est une allocation permettant d’assurer un niveau minimum de ressources à partir de l’âge de 65 ans.

Associations de famille

Ces associations ont pour but de défendre les intérêts matériels et moraux, soit de toutes les familles, soit de certaines catégories d’entre elles.

Atrophies du lobe temporal à expression verbale

Les atrophies du lobe temporal à expression verbale se manifestent par des troubles du langage, de la compréhension et de la perte du sens des mots et des objets.

AVC – Accident vasculaire cérébral

L’AVC, ou attaque cérébrale, désigne une perte soudaine de la fonction du cerveau. Il est provoqué par un arrêt brutal de la circulation sanguine dans le cerveau (artère bouchée ou rupture de l’artère) entraînant des troubles ou perte de la motricité, de la sensibilité, de la vue…

Baluchonnage

Le baluchonnage est une solution de répit pour les aidants originaire du Québec. Cette solution consiste à remplacer l’aidant, souvent le conjoint vivant avec la personne dépendante, au domicile, pendant plusieurs jours, afin de lui permettre de s’absenter. Les baluchonneurs sont des personnes formées et qualifiées pour relayer l’aidant et apporter une aide adaptée à ses besoins.

Café Mémoire

Les Cafés Mémoire sont des moments d’échange à destination des aidants, des malades et des professionnels, animés par des bénévoles et/ou des psychologues et à l’initiative d’associations ou de structures d’accueil.

CATTP – Centre d’activité thérapeutique à temps partiel

Les CATTP sont des structures de soins proposant aux patients des activités thérapeutiques de groupes ayant pour but de maintenir l’autonomie.

CCAS – Centre communal d’action sociale

Les CCAS sont en charge de l’action sociale dans les communes (mairies). Ils accompagnent les habitants, notamment les personnes âgées, dans les domaines des aides financières et de l’hébergement en établissement, et mènent des actions d’animation et de soutien. Ces structures peuvent également être désignées comme « Centre intercommunal d’action sociale ».

Cérébro-lésé

Un cérébro-lésé est une personne victime d’une lésion qui touche le cerveau, par exemple suite à un AVC ou un accident de la route, et qui entraîne un déficit cognitif.

CLIC – Centre local d’information et de coordination

Les CLIC sont des lieux d’accueil et d’information pour les personnes âgées et leur entourage. Ces structures conseillent et accompagnent les familles, notamment dans la constitution de dossiers de demande d’aide.

Congé de proche aidant

Le congé de proche aidant permet à toute personne, sous certaines conditions, de cesser son activité professionnelles afin de s’occuper d’un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie.

Curatelle

La curatelle est un dispositif visant à protéger une personne majeure qui a besoin d’être conseillée ou contrôlée dans certains actes de la vie civile. C’est le juge des tutelles qui évalue le degré de curatelle et désigne un ou plusieurs curateurs.

Déambulation

La déambulation est un trouble du comportement qui suscite chez le malade, le besoin de se déplacer sans but précis.

Dégénérescence

La dégénérescence désigne la perte de ses caractéristiques propres (physiques, cognitives…).

Dégénérescence fronto-temporales (DFT)

Les dégénérescences fronto-temporales représentent une catégorie de maladies neurodégénératives qui se caractérisent par la mort progressive des neurones au niveau des lobes frontaux et/ou temporaux du cerveau.

Démence

La démence désigne une réduction ou une perte des capacités cognitives entraînant une perte d’autonomie. Elle touche particulièrement la mémoire, l’attention, le comportement et le langage.

Démence sémantique

La démence sémantique est un trouble dégénératif qui se caractérise par la perte du sens des mots, des objets. La personne atteinte parle mais son discours n’est pas cohérent.

Démence vasculaire

La démence vasculaire est provoquée par des accidents vasculaires cérébraux (AVC), elle est non dégénérative. On parle de démence vasculaire seulement si la personne ayant souffert d’un AVC présente des troubles cognitifs. Ces derniers dépendent de la zone touchée du cerveau et de la capacité des neurones à recouvrer leurs fonctions perdues.

Dénutrition

La dénutrition est un état pathologique résultant d’apports nutritionnels insuffisants. Elle peut être la conséquence d’une alimentation insuffisante ou d’une perte d’appétit.

Désorientation

La désorientation désigne la perte des repères dans le temps, dans l’espace, et parfois de la perception du corps.

EHPAD – Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

L’EHPAD est une structure médico-sociale, définie comme une maison de retraite médicalisée, qui accueille des personnes âgées dépendantes ne pouvant plus vivre seules à domicile.

Ergothérapeute

L’ergothérapeute est un professionnel paramédical qui accompagne des personnes en situation de handicap, de dépendance, ou ayant subit un accident ou un traumatisme. Il a pour mission de permettre à la personne aidée de récupérer, de préserver ou d’améliorer son autonomie par le biais d’activités de la vie quotidienne.

ESA – Equipe spécialisée Alzheimer

L’ESA est une équipe pluridisciplinaire (infirmière, ergothérapeute, assistante en soins gérontologiques) intervenant à domicile auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée qui vise à améliorer ou à préserver l’autonomie de la personne.

Formation des aidants

Les formations des aidants sont des formations proposées aux proches de personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie. Elles permettent aux aidants de comprendre et de mieux appréhender la maladie ou les troubles, la relation avec le proche, communiquer, s’organiser, concilier sa vie d’aidant, sa vie sociale et sa vie professionnelle…

Pour plus d’informations, contactez les associations d’aidants (Association Française des Aidants, France Alzheimer et maladies apparentées, CIF Aidants…).

Gériatrie

La gériatrie est la médecine des personnes âgées.

Gérontechnologie

La gérontechnologie est un domaine fusionnant la gérontologie et la technologie. Elle désigne principalement l’utilisation de la technologie sous différentes formes (application, domotique, objet connecté) dans le soutien au bien-être et à l’autonomie des personnes âgées (santé, logement, mobilité, loisirs, communication…).

Gérontologie

La gérontologie est l’étude du vieillissement dans toutes ses dimensions : sociale, économique, démographique, psychologique…

GIR – Groupe iso-ressources

Le GIR correspond au niveau de perte d’autonomie d’une personne âgée et est évalué grâce à la grille AGGIR. Il existe 6 GIR : GIR 6 perte d’autonomie légère > GIR 1 perte d’autonomie complète.

Groupe de parole

Les groupes de parole sont des lieux d’échanges destinés à l’expression de difficultés et/ou de souffrances entre paires. Organisés généralement par des associations, les groupes de parole, encadrés par des psychologues, ont pour vocation de soulager les aidants, de partager des conseils et de créer du lien.

Pour plus d’informations, contactez les associations d’aidants ou votre CCAS.

HAD – Hospitalisation à domicile

L’hospitalisation à domicile est généralement adressée par un médecin à la suite d’une hospitalisation due à un problème de santé sérieux.

HJ – Hospitalisation de jour

Une hospitalisation de jour, ou en ambulatoire, est une hospitalisation qui dure moins de 24 heures.

HT – Hébergement temporaire

L’hébergement temporaire permet aux personnes âgées dépendantes d’être accueillies sur une période courte dans un établissement spécialisé, laissant à son aidant du temps de répit. L’hébergement peut être ponctuel (quelques jours en l’absence du proche aidant) ou régulier (une semaine par mois).

MAIA – Maison pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer

La méthode MAIA est un modèle organisationnel national regroupant tous les acteurs de l’accompagnement des personnes âgées de plus de 60 ans dépendantes, notamment atteintes d’Alzheimer, pour une meilleure prise en charge.

Malade jeune

Le terme malade jeune, particulièrement dans le cadre de la maladie d’Alzheimer et de ses maladies apparentées, désigne une personne atteinte âgée de moins de 65 ans.

Maladie à corps de Lewy

La maladie à corps de Lewy est une maladie apparentée à Alzheimer qui représente 20% des maladies neurodégénératives. Elle est causée par des dépôts de « corps de Lewy » dans les neurones provoquant des troubles de l’attention et des hallucinations.

Maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui entraîne la disparition progressive des neurones et cause l’altération des facultés cognitives du malade. Elle affecte la mémoire, l’orientation dans le temps et dans l’espace, la reconnaissance des objets et des personnes, le langage, le raisonnement…

Maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative caractérisée par la destruction des neurones impliqués dans le contrôle des mouvements. Cette pathologie est souvent détectée par l’apparition de trois symptômes : la lenteur des mouvements, la rigidité et les tremblements au repos.

Maladies apparentées

Les maladies apparentées sont des maladies qui présentent des symptômes semblables à la maladie d’Alzheimer mais dont le fonctionnement, les expressions et le traitement sont différents.

Maladies neurodégénératives

Les maladies neurodégénératives sont des maladies qui affectent le cerveau et le système nerveux, diminuant ainsi les capacités cognitives, motrices, sensorielles… Les plus fréquentes sont la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

Maltraitance

La maltraitance concerne toutes sortes de violences et de négligences envers une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son état physique ou psychique (coups, blessures, humiliation, harcèlement, menaces, excès ou privation de soins ou de médicaments, vols…).

MDPH – Maison départementale des personnes handicapées

Dans chaque département, la MDPH informe, accompagne et conseille les personnes handicapées et leurs familles dans les démarches d’attribution des droits et sensibilise les citoyens au handicap.

MMS – Mini-mental state

Le MMS est un test de référence dans le diagnostic des démences et de certaines maladies neurodégénératives. Il permet d’observer les fonctions cognitives en évaluant les capacités d’orientation spatio-temporelle, l’apprentissage, la mémoire, l’attention, le raisonnement, le langage… Le test est composé de 30 questions chacunes notées sur 1 point. Un score total inférieur ou égal à 23 révèle un dysfonctionnement cognitif potentiellement synonyme de démence.

MNA – Mini nutritional assessment

Le MNA est un test évaluant l’état nutritionnel des personnes âgées permettant de prévenir la dénutrition ou la malnutrition.

MONALISA – Mobilisation nationale contre l’isolement des âgés

MONALISA est une démarche collaborative d’intérêt général lancée en 2012 pour améliorer la prise en charge et l’accompagnement des personnes âgées isolées.

Obligation alimentaire

L’obligation alimentaire est l’obligation d’aider matériellement un membre de sa famille lorsque celui-ci est dans le besoin.

PASA – Pôle d’activités et de soins adaptés

Le PASA est un lieu en EHPAD destiné à accueillir les résidents en journée pour leur proposer des activités sociales et thérapeutiques, afin de prolonger leur autonomie.

PCH – Prestation de compensation du handicap

La PCH est une aide financière versée par le département et destinée à rembourser les dépenses liées à la perte d’autonomie.

Plateforme d’accompagnement et de répit

Les plateformes d’accompagnement et de répit ont pour mission d’aider les familles accompagnant au quotidien une personne âgée en perte d’autonomie. Elles apportent de l’information, du soutien et des solutions de répit pour les aidants.

Répit

Le répit, ou droit au répit, permet aux proches aidants des personnes âgée en perte d’autonomie de se reposer ou de se dégager du temps.

Réseaux de santé

Les réseaux de santé sont des regroupements pluridisciplinaires de professionnels de santé (médecins, infirmières) et d’autres professionnels (travailleurs sociaux, personnel administratif, etc). Ils ont pour objet de favoriser l’accès aux soins, la coordination, la continuité ou l’interdisciplinarité des prises en charge.

SAP – Services à la personne

Les services à la personne désignent l’aide à domicile et d’autres services dans le domaine du maintien à domicile.

SPASAD – Services polyvalents d’aide et soins à domicile

Les SPASAD sont des services assurant à la fois les missions d’un SSIAD et celles d’un service d’aide à domicile. Ils proposent à la fois des soins infirmiers et des aides à domicile.

SSIAD – Soins infirmiers à domicile

Les SSIAD interviennent à domicile pour dispenser des soins aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Ils contribuent au maintien des personnes à leur domicile. Leurs interventions sont prises en charge par l’Assurance maladie et sont faites sur prescription médicale.

SSR – Soins de suite et de réadaptation

Les soins de suite et de réadaptation permettent d’aider et d’accompagner le patient à la suite d’une hospitalisation et cela à travers 3 missions : la rééducation, la réadaptation et la réinsertion.

Syndrome de glissement

Le syndrome de glissement est une forme grave de dépression qui se caractérise par une dégradation rapide de l’état de santé d’une personne semblant refuser de vivre plus longtemps. Ce phénomène intervient souvent à la suite d’un traumatisme psychologique.

Taux d’incapacité permanente (IPP)

Le taux d’incapacité permanente, déterminé par la CPAM, permet aux personnes souffrant d’une diminution des capacités physiques ou mentale de percevoir des indemnités. Pour déterminer le taux d’IPP, la CPAM se base sur les critères suivants : nature de l’infirmité, état général, âge, facultés physiques et mentales, aptitudes et qualifications professionnelles.

Troubles cognitifs

Les troubles cognitifs désignent l’ensemble de symptômes incluant des troubles de la mémoire, de la perception, du comportement…

Troubles spatio-temporels

Les troubles spatio-temporels se caractérisent par des difficultés à se repérer dans le temps et dans l’espace. Ils interviennent souvent dans les maladies neurodégénératives ou chez des personnes victimes de lésions cérébrales.

Tutelle

La tutelle est une mesure judiciaire destinée à protéger une personne majeure et /ou tout ou partie de son patrimoine si elle n’est plus en état de veiller sur ses propres intérêts. Le tuteur la représente dans les actes de la vie civile.

UHR – Unités d’hébergement renforcées

Les UHR sont des lieux d’accueil (jour et nuit) pour les malades d’Alzheimer souffrant de troubles sévères du comportement. Elles ont pour mission de maintenir les capacités fonctionnelles et cognitives des patients.

USLD – Unités de soins de longue durée

Les USLD sont des structures d’hébergement et de soins dédiées aux personnes âgées de plus de 60 ans. Elles sont adossées à des établissements hospitaliers.

Vieillissement

Le vieillissement désigne l’affaiblissement des fonctions physiologiques due à l’avancée en âge.