Étiquette : perte d’autonomie

Observez la prise du traitement

Votre proche vit seul à domicile et est atteint de troubles cognitifs ? Vous craignez qu’il puisse avoir des difficultés à réaliser ses tâches quotidiennes, notamment de prendre son traitement correctement ? Lili smart vous accompagne et vous permet de prendre soin de votre proche à domicile. Découvrez le cas d’usage n°3.

 

Après le diagnostic, ce n’est pas simplement la vie de votre proche qui est bouleversée, c’est aussi la vôtre. Vous devenez aidant et acceptez de nouvelles responsabilités. Notamment celle de protéger votre proche des risques dû à la dégradation de son autonomie. Ce rôle est encore plus délicat lorsque vous ne vivez pas avec votre proche. Vous avez des difficultés à observer l’évolution de son autonomie. Et par conséquent, à assurer sa sécurité à domicile.

Si votre proche est atteint d’une maladie neurodégénérative (Alzheimer, maladies apparentées, Parkinson…) ou de déficiences cognitives (AVC, traumatisme crânien), il peut avoir des difficultés à se souvenir des tâches quotidiennes qu’il doit effectuer et comment bien les exécuter. Lili smart vous permet d’observer ses habitudes de vie et de détecter, en temps réel et à distance, ses changements de comportement liés à la dégradation de son autonomie. Aujourd’hui, découvrez comment Lili smart vous accompagne dans la surveillance de sa médication.

Observez la prise du traitement

1

Collez le capteur sur le pilulier de votre proche à l’aide de double face. Il analyse les mouvements du pilulier et détecte les changements de comportements dans les habitudes de vie de votre proche.

3

Votre proche reçoit les rappels de prise du traitement sur sa montre qui s’affichent sous forme d’un pictogramme avec vibrations.

2

Programmez les rappels de prise des médicaments via votre application Lili smart.

4

Si le capteur détecte une irrégularité dans la manipulation du pilulier, comme des utilisations moins fréquentes ou plus importantes représentant un danger, vous recevez une alerte.

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Accidents & situations à risque : comment secourir son proche âgé ?

L’été et notamment les vacances sont des périodes plus calmes favorisant une baisse de la vigilance. Cependant les risques d’accidents domestiques pour votre proche en perte d’autonomie sont toujours présents et parfois même plus importants à cette époque de l’année. Canicule, chute, fausses routes… Comment l’aidant peut aider son proche maintenu à domicile ? Quels sont les bons gestes en cas de danger ? Lili smart vous apporte quelques recommandations.

 

La déshydratation

L’été, les risques de canicule sont importants et dangereux pour les personnes âgées. Dans les EHPAD, les équipes de soins sont formées aux risques de déshydratation et aux bons gestes. Cependant, lorsque votre proche vit à domicile, il faut redoubler de vigilance.

Prévenir les risques

Pour éviter la déshydratation, veillez à ce que votre proche boive régulièrement tout au long de la journée. Il est préférable que son domicile reste le plus au frais possible. Pour cela, gardez les volets fermés ou entre-ouverts. Si possible, essayez de lui faire adapter son alimentation en lui proposant des produits riches en eau (concombre, melon, pastèque, tomate…).

Agir

Un cas de déshydratation peut se reconnaître aux maux de têtes, à la bouche et aux lèvres sèches, à la perte de poids et à la fatigue.

S’il s’agit d’une déshydratation légère vous pouvez dans un premier temps :

  • allonger la personne ;
  • la dévêtir ;
  • la rafraîchir par application de linges humides ;
  • l’éventer ;
  • lui donner à boire plus souvent et en quantités plus importantes, notamment des boissons sucrées ou salées.

S’il s’agit d’une déshydratation plus sévère, appeler les secours en composant le 15 ou le 112.

Les chutes

Les chutes sont la première cause de mortalité chez les seniors. En France, chaque année, 400 000 personnes âgées sont victimes d’une chute, dont 12 000 en décèdent.

Prévenir les risques

Pour prévenir les risques de chute, de simples astuces peuvent être mises en place. Par exemple, vous pouvez retirer les tapis au domicile de votre proche pour éviter qu’il se prenne les pieds dedans. Si des fils de différents appareils électriques sont dans le passage, fixez-les à l’aide d’adhésif ou de baguettes. Si votre proche rencontre des problèmes d’équilibre, vous pouvez aménager son domicile pour lui permettre de trouver des points d’appui. Placez des meubles (chaises, tables d’appoint) à des endroits stratégiques du domicile. Les barres d’appui constituent également une aide efficace dans les toilettes ou la salle de bain par exemple.

Agir

En cas de chute de votre proche, vérifiez s’il va bien, s’il souffre et s’il est capable de mobiliser ses membres. Puis, aidez-le à se relever doucement. En cas de doute, conduisez votre proche chez le médecin pour vérifier que tout va bien ou appelez le 15, le 18 ou le 112.

Si la personne souffre et qu’elle n’est pas en mesure de se relever, n’essayez pas de la relever et contactez les secours au 15, 18 ou 112. Restez avec elle en attendant leur arrivée et rassurez-la.

source : brochure Inpes

Les fausses routes

La fausse route est l’action d’avaler accidentellement un aliment par le larynx, et donc vers les poumons, plutôt que par l’œsophage, créant ainsi une incapacité à parler et à respirer. Les fausses routes à répétition peuvent être une conséquence d’un trouble de la déglutition.

Prévenir les risques

Pour réduire les risques de fausses routes, vous pouvez adapter l’alimentation de votre proche en appliquant ces quelques conseils :

  • Choisir des aliments faciles à mâcher ;
  • Privilégier les petites bouchées ;
  • Éviter les petits aliments (riz, petits pois, blé, semoule…) ;
  • Servir des plats/boissons chauds ou froids et non tièdes ;
Agir

Si votre proche s’étouffe, il faut agir vite :

  1. Commencez par lui donner un maximum de 5 claques dans le dos. Après chacune d’elles, vérifiez si le corps étranger a été rejeté et si tout rentre dans l’ordre. S’il reprend sa respiration et tousse, il est inutile de continuer.
  2. Cela ne fonctionne pas ? Effectuez un maximum de 5 compressions abdominales.
  3. Le problème persiste ? Alternez 5 claques dans le dis et 5 compressions abdominales.
  4. Si votre proche perd connaissance, posez-la doucement au sol et appeler immédiatement les secours (15, 18 ou 112) puis commencez une réanimation cardio-pulmonaire avec 30 compressions thoraciques jusqu’à ce que les secours arrivent.
Les claques dans le dos

Tenez-vous sur le côté et un peu en arrière de votre proche. Penchez-le vers l’avant en soutenant sa poitrine d’une main et donnez-lui un maximum de 5 claques entre les omoplates.

Les compressions abdominales

Tenez-vous derrière votre proche et placez vos bras autour de la partie supérieure de son abdomen. Penchez-le vers l’avant. Placez un de vos poings fermés entre le nombril et l’extrémité inférieure du sternum. Maintenez votre poing en place à l’aide de votre autre main. Enfoncez fortement votre poing vers vous et vers le haut. Recommencez ce geste 5 fois au maximum.

source : Croix-Rouge française

Lili smart vous accompagne dans la prévention des risques

Grâce à Lili smart, vous êtes automatiquement alerté si des changements de comportement sont détectés chez votre proche.

En cas de forte chaleur, une alerte canicule vous est envoyée sur votre application Lili smart et s’affiche sur la montre de votre proche.

La montre Lili smart portée par votre proche détecte ses chutes. Lorsque cela se produit, vous êtes instantanément alerté sur votre smartphone. Vous pouvez ainsi vous rendre sur place immédiatement et/ou prévenir les secours.

 

 

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Lili smart reçoit le 1er prix du concours Digital InPulse à Lyon

Le mardi 27 juin 2017, Lili smart a remporté le premier prix du concours Digital InPulse organisé par Huawei France en partenariat avec Business France, le Comité Richelieu, Lyon French Tech, le Tuba, la Métropole de Lyon et la Ville de Lyon. La startup accède ainsi au programme d’accompagnement de startups comprenant un voyage d’une semaine pour rencontrer l’écosystème chinois.

 

Mardi dernier se tenait la finale lyonnaise du concours Digital InPulse organisé par Huawei France. Pour cette 4ème édition, les jeunes entreprises ont concouru sur le thème de la Ville Intelligente (Smart Government, Safe-City, Smart Education, e-santé et transports intelligents). Lili smart a mis à l’honneur les aidants et a présenté sa solution d’assistance aux aidants de personnes en perte d’autonomie. L’entreprise et s’est vue remettre le 1er prix par le jury composé notamment de Karine Dognin-Sauze, Vice-Présidente de la Métropole de Lyon, et Léthicia Rancurel, Directrice du Tuba Lyon, en présence de Shi Weiliang, Directeur Général Adjoint de Huawei France. Lili smart accède donc au programme d’accompagnement Digital InPulse visant à internationaliser son activité et remporte 40 000€ avec un séjour business d’une semaine en Chine.

 

 

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Gérez la déambulation

Votre proche rencontre des problèmes de désorientation ? Vous craignez qu’il quitte son domicile et se perde ? La perte des repères spatio-temporels est un symptôme assez courant des maladies neurodégénératives (Alzheimer, maladies apparentées, Parkinson…) ou de certains troubles cognitifs. Lili smart vous aide à gérer ces situations à distance et en temps réel. Découvrez notre cas d’usage n°2.

 

Veiller quotidiennement sur un proche en perte d’autonomie peut s’avérer difficile lorsque l’on ne vit pas à proximité. D’autant plus lorsque celui-ci vit seul à domicile. Certaines maladies ou certains troubles peuvent altérer les repères spatio-temporels et provoquer des épisodes de déambulation. La personne peut se perdre pendant une sortie ou sortir de chez elle sans pouvoir revenir.

Pour aider les aidants à gérer ces risques, Lili smart a développé des fonctionnalités pour paramétrer des zones de vie et gérer la déambulation. Pour cela, l’application s’appuie sur l’utilisation de capteurs intelligents et d’une montre GSM.

Paramétrez des zones de vie

Grâce à l’application, paramétrez une ou plusieurs zones de vie pour votre proche. Déterminez le périmètre sur une carte, les jours et les plages horaires. Lorsque celui-ci s’en éloigne, vous êtes automatiquement alerté. Vous pouvez alors le géolocaliser via l’application Lili smart, grâce à la montre qu’il porte.

Gérez la déambulation

1

Installez le capteur sur la proche d’entrée du domicile de votre proche.

3

Lorsque votre proche franchit la porte d’entrée, sa montre affiche automatiquement les noms et les coordonnées des aidants en continu en cas de désorientation.

2

Paramétrez les jours et les plages horaires de sortie autorisés avec votre application Lili smart. Par exemple : tous les jours entre 7h et 23h pour être alerté en cas de sortie nocturne.

4

Si votre proche sort de son domicile sur une plage horaire non paramétrée, vous recevez instantanément une alerte sur votre smartphone. Vous pouvez ensuite géolocaliser votre proche grâce à l’application et à la montre qu’il porte.

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Lili smart doublement primée à VivaTech

Du 15 au 17 juin 2017, l’équipe de Lili smart était au salon Viva Technology à Paris Expo Porte de Versailles. Pendant trois jours, elle a mis à l’honneur les aidants au salon international de l’innovation et de la technologie. Retour sur cette expérience riche en rencontres et opportunités.

 

Pour la seconde édition, les groupes Publicis et Les Echos organisaient le salon international Viva Technology à Paris Porte de Versailles. Grands groupes, régions, investisseurs et jeunes entrepreneurs de la technologie se sont donné rendez-vous les 15, 16 et 17 juin 2017. Ils y ont présenté leurs innovations, leurs projets et leurs produits et services.

Invitée par la région Auvergne Rhône-Alpes, Sanofi et Capgemini, l’équipe de Lili smart a pu mettre à l’honneur les aidants en présentant sa solution d’aide aux familles accompagnant un proche en perte d’autonomie et rencontrer des entrepreneurs français et étrangers d’horizons variés.

Dans le cadre de VivaTech, Lili smart a participé à des concours et remporté notamment le 1er prix du challenge « Good living, better living » à l’initiative de la région Auvergne Rhône-Alpes. Cette première place permettra à l’équipe de se rendre au CES 2018 (Consumer Electronics Show) à Las Vegas, le plus grand salon professionnel international de l’innovation technologique et électronique.

Vincent Thery, co-fondateur de Lili smart et Juliette Jarry, Vice-Présidente déléguée au numérique de la Région Auvergne Rhône-Alpes

Lili smart a également remporté le 1er prix de l’Innovators Race 50, compétition internationale organisée par le groupe Capgemini à l’occasion de son 50e anniversaire.

Parmi 928 entreprises, Lili smart s’est hissée dans le top 10 du concours et a été plébiscitée par le jury face au deuxième finaliste de sa catégorie « GovTech & Social Enterprises ». Lili smart a remporté le prix de l’innovation et de l’entrepreneuriat Serge Kampf, ainsi qu’une subvention de 50 000€.

L’équipe Lili smart entourée de Mikael Kais et Lilia Coll de l’équipe Capgemini France

Lili smart a également été invité sur le stand de Sanofi et a rencontré les managers français et internationaux du groupe. L’opportunité d’échanger avec eux autour des problématiques de santé publique dans une démarche de développer des collaborations futures pour les aidants.

 

Ces trois journées à Viva Technology ont permis à Lili smart de mettre en lumière les problématiques des aidants de personnes en perte d’autonomie, de voir sa solution reconnue et récompensée par les professionnels, de saisir de nouvelles opportunités de développement et de booster sa levée de fonds.

A toutes les personnes, familles, professionnels, associations, qui ont accompagné et supporté Lili smart depuis le début de l’aventure il y a maintenant 2 ans : merci et félicitations, ce sont aussi vos victoires !

 

 

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Veillez sur sa nutrition

Accompagner un proche en perte d’autonomie est un exercice délicat. Il l’est encore plus lorsque l’on ne vit pas avec lui à domicile et qu’il est difficile de lui rendre visite régulièrement. Grâce à Lili smart, vous pouvez désormais veiller sur votre proche à distance en étant alerté en temps réel de l’évolution du niveau d’autonomie de votre proche.

 

Lili smart est une application dédié aux aidants qui accompagnent à distance un proche en perte d’autonomie. Que ce dernier soit atteint d’une maladie neurodégénérative (Alzheimer, maladies apparentées, Parkinson…) ou de troubles cognitifs (lésion cérébrale, traumatisme crânien)… Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie. Pour cela, Lili smart s’appuie sur ses capteurs. Utilisez-les pour observer les habitudes de vie de votre proche : l’alimentation avec le réfrigérateur, la prise de médicaments avec le pilulier, la télévision avec la télécommande… Il suffit seulement de coller le capteur sur un élément en mouvement qui représente une habitude quotidienne de votre proche. Si le capteur détecte une irrégularité dans l’utilisation de l’objet choisi, cela signifie que les habitudes de vie de votre proche changent et que cela est potentiellement dû à une dégradation de son autonomie. Dans ce cas, Lili smart vous envoie une alerte. Vous pouvez alors intervenir et mettre en place des solutions pour sécuriser son maintien à domicile et adapter sa prise en charge.

Grâce à ces capteurs intelligents et discrets, le système de veille en continu et à distance proposé par Lili smart offre une multitude de possibilités. Découvrez notre premier cas d’usage.

Veillez sur la nutrition de votre proche

1

Installez un capteur sur la porte du réfrigérateur de votre proche et programmez les rappels des repas via l’application Lili smart.

3

Le capteur analyse les mouvements de la porte du réfrigérateur et détecte les changements de comportements dans les habitudes de vie de votre proche.

2

Votre proche reçoit les rappels de repas sur sa montre qui s’affichent sous forme d’un pictogramme avec vibrations.

4

Si le capteur détecte une irrégularité dans la manipulation du réfrigérateur, comme des ouvertures moins fréquentes ou inexistantes représentant un danger de dénutrition, vous recevez une alerte.

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Aidants : comment s’organiser pour alléger son quotidien ?

Etre aidant est un rôle auquel aucun d’entre nous n’est préparé. Un accident ou une maladie frappe votre proche, et c’est toute sa vie, et la vôtre qui sont chamboulées. Devenir aidant implique d’autres responsabilités et nécessite l’apprentissage de nouvelles habitudes, connaissances et compétences. Pour faciliter cette transition, et accompagner au mieux votre proche, prenez le temps de mettre en place une organisation adaptée.

 

Analyser la situation

Votre proche a besoin d’aide et vous voulez tout mettre en œuvre le plus rapidement possible pour l’accompagner. Ne vous pressez pas et prenez le temps de vous poser les bonnes questions pour mobiliser toutes les ressources dont vous avez besoin :

  • Combien de personnes aident mon proche ?
  • Ai-je besoin de professionnels pour le maintien à domicile, et lesquels (aide, infirmier, ergothérapeute…) ?
  • Quel va être le montant des dépenses pour l’accompagnement de mon proche ? Qui va payer ces dépenses ? Quelles aides sont disponibles ?
  • Quel est le niveau de dépendance de mon proche ? Vais-je devoir adapter son domicile ?

Cette première étape vous aidera à bâtir des fondations solides pour votre organisation quotidienne.

 

Identifier les aidants et leurs rôles

Si votre proche a la chance d’être bien entouré, identifier les différentes personnes qui interviennent auprès de lui et déterminer les rôles de chacun pourra vous aider à mieux gérer les imprévus. Ainsi, qu’il s’agisse de membres de la famille, d’amis, de voisins ou encore de bénévoles ou de professionnels intervenant à domicile, chacun saura vers qui il peut se tourner, à quel moment, et pour quelles tâches. Généralement, un bénévole ou un professionnel intervient dans le cadre de ses fonctions et à des dates et horaires réguliers préalablement fixés. En revanche, pour les proches aidants, chacun peut indiquer dans quel domaine il souhaite apporter son soutien :

  • Aide quotidienne (lever/coucher, toilette),
  • Documents administratifs et finances,
  • Rendez-vous médicaux,
  • Courses…

Cet exercice permettra à chacun de réduire son stress, de gagner du temps et d’éviter les quiproquos. N’hésitez pas à échanger et à prendre du temps pour cela, la communication est la clé de tout travail d’équipe.

 

Etablir un calendrier

Créer un calendrier pour ajouter les différentes tâches et déterminer leur périodicité vous aidera également à vous organiser. Si vous pouvez trouver un outil qui vous permette de partager ce calendrier avec d’autres aidants et de le consulter où que vous soyez, cela facilitera davantage votre quotidien. Vous pourrez ainsi éviter les erreurs, les doublons et gagner du temps. Par ailleurs, construire une routine en installant des habitudes permet au proche de garder ses repères et de favoriser son autonomie.

 

Je voulais un système qui me permette de m’organiser, où je pouvais tout enregistrer, et auquel mon oncle et ma tante pouvaient accéder. Maintenant avec Lili smart, on peut créer des listes et ajouter des choses à faire ou des rendez-vous, et savoir qui s’occupe de quoi.

– Marianne, aidante

 

Laissez faire votre proche

L’arrivée de la maladie ou d’un accident de la vie nécessite une vigilance particulière. Cependant, lorsque cela est possible, laissez faire votre proche et favorisez son autonomie. Par exemple, vous pouvez utiliser des outils qui le stimuleront et l’assisteront au quotidien dans la réalisation de tâches accessibles. Cela permettra d’une part de préserver ses capacités cognitives ou sa mobilité, et d’autre part de conserver sa place au sein de la famille. S’organiser, c’est aussi laisser les autres participer.

 

Faire confiance et déléguer

Notre dernier conseil : faites confiance aux autres et n’ayez pas peur de vous faire aider. Non seulement il est plus facile de gérer le quotidien à plusieurs, surtout lorsque vous exercez une activité professionnelle, mais cela préservera votre santé psychologique et physique. Trop souvent, les aidants s’investissent corps et âme dans l’accompagnement de leur proche et n’osent pas, parfois par culpabilité, prendre du temps pour eux et solliciter d’autres personnes. Vous avez besoin d’être écouté, de vous confier ? Tournez-vous vers vos proches ou contactez-les associations de familles de votre région. Si vous avez besoin d’un service ou de garder un œil sur votre proche, un voisin pourrait peut-être vous aider et vous prévenir en cas d’urgence.

 

Avec Lili smart, organisez-vous et communiquez simplement

L’un des principaux besoins auquel répond Lili smart est l’organisation. Grâce à la fonctionnalité « Liste de tâches », ajoutez les choses à faire, consultez-là à tout moment, où que vous soyez, et partagez-là avec les autres aidants. Vous souhaitez discuter sur un point de la liste ? Echangez directement via la messagerie live.
Vous avez des difficultés à vous rappeler des dates de renouvellement d’ordonnances de votre proche ? Avec la fonction « Ordonnances », indiquez-les dans l’application et lorsque ces jours approchent, Lili smart vous enverra un rappel via une notification.
Vous souhaitez favoriser l’autonomie de votre proche ? Stimulez-le en paramétrant des alertes qui seront directement envoyées sur sa montre et lui indiqueront de réaliser certaines tâches (prendre ses repas ou ses médicaments).
Vous êtes inquiet lorsque votre proche est seul et craignez qu’il tombe ou qu’il s’égare ? La montre Lili smart détecte les chutes et les déambulations et vous alerte en temps réel.
Apprenez à mieux vous organiser au quotidien grâce à Lili smart et découvrez ses nombreuses autres fonctionnalités.

 

 

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Finances : quelles aides pour les familles et malades d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer occasionne de nombreux coûts financiers pour la famille. Pour vous aider à y voir plus clair, Lili smart liste pour vous les aides financières à destination des malades d’Alzheimer et de leurs aidants.

 

Remboursement de la sécurité sociale : les frais médicaux OUI, les frais médico-sociaux NON !

Les soins médicaux et para-médicaux sont remboursés en intégralité aux familles par l’Assurance Maladie au titre de l’ALD, l’affection de longue durée (voir plus bas). Cela comprend :

  • Le médecin,
  • Le pharmacien,
  • Le kinésithérapeuthe,
  • L’ortophoniste,
  • Les soins infirmiers pratiqués par les infirmières à domicile.

En revanche, les frais médico-sociaux, c’est-à-dire tout ce qui est de l’ordre des aides à domicile (aide-ménagère, auxiliaire de vie, solution connectée d’assistance) ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale et sont à la charge des familles. Pour ces coûts d’autres aides existent !

 

Les principales aides financières et sociales

L’ALD, l’affection de longue durée

La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées sont reconnues comme « affection de longue durée » ou ALD, ce qui donne droit à une prise en charge de 100% des soins, des hospitalisations et des frais de transport.

Où faire la demande ? C’est votre médecin traitant qui initie la demande auprès de la sécurité sociale.

La carte d’invalidité

Pour qui ? Pour toute personne dont le taux d’incapacité est fixé à au moins 80 % et percevant une pension d’invalidité de 3e catégorie.

Quels droits ? Une demi-part supplémentaire pour le calcul de l’impôt sur le revenu ; l’exonération des cotisations patronales de Sécurité sociale en cas d’utilisation de Chèques Emploi Service Universel (CESU).

Où faire la demande ? La demande doit être faite auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) dépendant du conseil général.

La carte de stationnement

Pour qui ? Pour toute personne dont le handicap réduit de manière importante ses capacités de déplacement à pied : périmètre de marche limité, besoin d’aide humaine ou technique (fauteuil, déambulateur, etc.) pour les déplacements extérieurs.

Quels droits ? La carte de stationnement permet de se garer gratuitement et sans limitation de durée sur toutes les places de stationnement ouvertes au public (y compris sur les places non réservées au stationnement des personnes handicapées). La durée de stationnement peut toutefois être limitée à 12 heures sur décision de la commune, mais cette durée ne peut pas être inférieure à 12 heures.

Où faire la demande ? La demande doit être faite auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) dépendant du conseil général ou bien en ligne sur le site service-public.fr.

Les aides proposées par votre Centre communal d’action sociale (CCAS)

Ces aides varient d’une commune à l’autre. Rapprochez-vous de votre mairie pour connaitre les aides existantes.

Les aides aux logements

Pour y avoir droit, des conditions de ressources et d’habitat doivent être remplies. Renseignez-vous auprès de votre Caisse d’allocation familiale, de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) dépendant du conseil général ou bien de l’Agence national pour l’amélioration de l’habitat (ANAH).

Les indemnités journalières et pension d’invalidité

Pour qui ? Les personnes de moins de 60 ans, dont l’incapacité de travail ou de revenus est réduite d’au moins 2/3.

Où faire la demande ? Auprès de votre Médecin ou de votre Caisse d’assurance maladie

L’AAH, l’allocation adulte handicapé

L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est une aide financière qui permet d’assurer un revenu minimum. Cette aide est attribuée sous réserve de respecter 4 critères : incapacité, âge, nationalité et ressources.

Pour qui ?  Les moins de 60 ans qui ont peu ou pas travaillé

Où faire la demande ? Auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH)

La pension retraite, pension pour inaptitude médicale, pension de réversion

Pour qui ?  Les plus de 60 ans occupant un emploi.

L’ASPA, l’allocation de solidarité aux personnes âgées

L’allocation de solidarité aux personnes âgées est une prestation mensuelle accordée aux retraités ayant de faibles ressources. Elle s’ajoute, dans une certaine limite, à vos revenus personnels.

Pour qui ? Les plus de 65 ans ayant un peu travaillé ou n’atteignant pas un minimum social

Où faire la demande ? Elle est versée par la Carsat (ou la MSA si vous dépendez du régime agricole).

La PCH, prestation de compensation du handicap

La prestation de compensation du handicap est une aide financière destinée à rembourser les dépenses liées à votre perte d’autonomie. Son attribution dépend de votre degré d’autonomie, de votre âge, de vos ressources et de votre résidence.

Pour qui ? Les moins de 60 ans

Où faire la demande ? Auprès de votre département

L’APA, l’allocation personnalisée à l’autonomie

L’allocation personnalisée à l’autonomie est une prestation sociale départementale destinée aux personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie physique et/ou psychique et ayant besoin d’une aide extérieure pour accomplir les actes de la vie quotidienne. Elle peut être perçue par les personnes vivant à domicile ou hébergées en famille d’accueil ou en établissement.

Les conditions d’attribution:

  • être âgé d’au moins 60 ans ;
  • être en perte d’autonomie en raison d’un état physique ou mental ;
  • avoir besoin d’une aide pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie, classées en GIR de 1 à 4 ;
  • résider en France de façon régulière ;

Pour retirer un dossier de demande d’APA, renseignez-vous auprès :

  • de votre département ;
  • du Centre communal d’action sociale (CCAS) de votre commune ;
  • des Centres locaux d’information et de coordination (CLIC) ;
  • des organismes ayant conclu une convention avec le département (établissement hébergeant des personnes âgées, services d’aide à domicile).

 

Depuis 2017

Vous n’avez pas d’emploi ou êtes retraité, et vous ne payez pas ou peu d’impôts ?

Cette année, dans le cadre de la Loi de Finances 2017, le crédit d’impôt de 50% relatif au service à la personne devient universel. Tous les particuliers employeurs, actifs et inactifs, peuvent désormais en bénéficier.

L’avantage correspond à 50% des dépenses engagées sur l’année, dans la limite d’un plafond de dépense annuel et concerne :

  • l’entreprise ou l’association de services à la personne,
  • l’emploi d’un salarié à domicile.

 

Vous travaillez et avez besoin de temps pour vous consacrer à votre proche ?

Depuis le 1er janvier 2017, le congé de proche aidant vous permet de cesser votre activité professionnelle afin de vous occuper d’une personne handicapée ou faisant l’objet d’une perte d’autonomie d’une particulière gravité. Ce congé est accessible sous conditions (ancienneté, lien familial ou étroit avec la personne aidée, résidence en France de la personne aidée) et pour une durée limitée. Parlez-en à votre employeur.

 

 

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

 

Aidant : 7 conseils indispensables pour débuter

La perte d’autonomie impacte la vie de la personne concernée, mais également celle de sa famille et de ses amis. Le rôle d’aidant que revêt le proche provoque une fatigue physique et psychologique importante. Il implique de nouvelles responsabilités, un nouvel apprentissage et l’on se sent perdu et débordé. Les aidants familiaux ont besoin d’être épaulés, de parler et de trouver des réponses à leurs questions.

Pour vous aider à faire face et préserver votre santé, Lili smart vous distille quelques conseils pour vous guider dans vos premières démarches. Découvrez nos 7 conseils indispensables aux aidants :

 

1/ Facilitez vos démarches et demandez de l’aide

La première chose à faire est de faciliter vos démarches et obtenir de précieuses informations sur vos droits. Pour cela, plusieurs dispositifs existent. Tour d’horizon des dispositifs d’accompagnement dédiés pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et leurs aidants :

  • Les MAIA, Maisons pour l’Autonomie et l’Intégration des malades Alzheimer, ont pour but de coordonner et de planifier la prise en charge des malades. Elles élaborent des plans personnalisés de soins à domicile, mais accompagnent aussi les proches et les aidants (information, soutien psychologique, aide au répit…). Contactez votre département.
  • Si la personne aidée a moins de 60 ans, sollicitez la MDPH, Maison Départementale des Personnes Handicapées, la plus proche : la MDPH facilitera vos démarches. Contactez votre département.
  • Si la personne aidée a plus de 60 ans, faites appel au CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de votre commune ou au CLIC, Centre Local d’Information et de Coordination, de votre département.
  • L’Assurance Maladie est une précieuse source d’informations sur vos droits et vos démarches. Bon à savoir : Les aidants familiaux peuvent se voir attribuer, sur critères sociaux (situation familiale ou matérielle difficile), des prestations extralégales.

S’ajoute à ces dispositifs l’assistante sociale de votre commune ou de l’hôpital dans lequel séjourne votre proche. N’hésitez pas à la contacter, elle vous aidera à remplir un dossier administratif ou vous orientera vers le service le plus pertinent.

2/ Formez-vous

Vous vous posez des questions sur la maladie et son évolution ? Parfois vous ne savez plus comment communiquer avec votre proche ? Vous n’êtes pas seul ! Des experts et professionnels de santé peuvent vous aider à comprendre les particularités de la maladie d’Alzheimer et vous apprendre les bonnes pratiques d’accompagnement au quotidien. Ces formations sont très souvent gratuites. Rapprochez-vous des associations de familles ou du CCAS de votre commune pour en savoir davantage.

3/ Partagez votre expérience et bénéficiez de celles des autres

De nombreuses associations proposent des groupes de paroles dans toute la France, comme l’Association française des aidants ou encore France Alzheimer et maladies apparentées. Cette dernière organise des Cafés mémoire® et des groupes de parole mensuels. Animés par un psychologue et par des bénévoles, ces lieux d’échange offrent un espace d’écoute et d’expression aux personnes touchées par la maladie d’Alzheimer, aux familles, aux professionnels de soin, au grand public.

4/ Sachez vous accorder du temps pour vous

S’accorder des moments de répit et prendre du recul est essentiel. Prenez du temps pour vous. Quelques heures ou quelques jours afin de vous retrouver. Prenez également le temps de vous soigner ! N’oubliez pas, un aidant familial qui va bien est un malade qui va mieux.

5/ Bénéficiez du congé de proche aidant

Depuis le 1er janvier 2017, tout aidant salarié d’entreprise, depuis minimum un an, a droit à une période de congé sans solde de 3 mois, consécutifs ou découpés. Ces congés de proche aidant leur permettent de s’occuper de leur proche en situation de handicap ou en perte d’autonomie.

Plus d’informations ici.

6/ Vous n’êtes pas seul, restez entouré

Membres de votre famille, amis, bénévoles d’association et professionnels de santé sont là à vos côtés. Ne vous isolez pas et parlez de votre situation et des problèmes que vous rencontrez.

7/ Acceptez l’aide et sachez déléguer

N’assumez pas tout, tout seul, et ne cherchez pas non plus à endosser tous les rôles sous peine de vous épuiser très rapidement. Sachez passer le relais à d’autres proches ou à des professionnels de santé.

 

Lili smart vous aide à vous organiser et à fluidifier la communication entre aidants. Elle vous permet d’être rassuré en étant alerté en cas de besoin et de vous accorder des moments à vous. Pour en savoir plus, contactez-nous, notre équipe est là pour répondre à vos questions.

 

 

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.