Étiquette : fiche pratique

Comment gérer les troubles attentionnels ?

En Europe, 1 personne sur 8 est concernée par les maladies neurologiques. Difficiles à appréhender, elles affectent les fonctions cognitives du malade, créant des troubles comme des difficultés au niveau de l’attention. Comment les gérer ? Découvrez quelques conseils dans la fiche pratique du mois.

Les troubles attentionnels ne sont pas toujours du côté du proche aidé. Soutenir une personne en perte d’autonomie est souvent fatiguant physiquement et mentalement. Il est fréquent que cela conduise à l’apparition de troubles attentionnels. Les conseils ci-dessous sont donc pour tout le monde, aussi bien pour les aidants que pour les proches aidés.

Que faire pour éviter les erreurs attentionnelles ?

1

Avoir recours à des aides mémoire externes comme un agenda, un calendrier, des cahiers, des rappels sur le téléphone afin de ne pas avoir trop d’informations à retenir.

2

Prendre des notes et s’y référer. De plus, le faire à des horaires réguliers peut aider à y penser.

3

Préférer les cahiers/carnets aux feuilles volantes/post-it que l’on perd plus facilement.

4

Prendre un temps tous les matins pour organiser sa journée, elle ne sera que plus productive.

5

Prendre l’habitude de faire des listes bien organisées afin de ne rien oublier.

6

Ne faire qu’une chose à la fois. En faire plusieurs conduit très souvent à la production d’erreurs et donc à une perte de temps.

7

Trouver une technique qui fonctionne pour chaque situation et toujours l’appliquer pour éviter de se mettre en échec.

8

Utiliser des indices qui sont personnels, se rattacher à ses connaissances anciennes et ses habitudes. Cela favorise la mémorisation.

9

Répéter une information à voix haute lorsque l’on veut la mémoriser permet de favoriser l’encodage.

10

Ne pas culpabiliser et ne pas se comparer aux autres, on se fixe uniquement sur nos faiblesses.

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Test : quel aidant êtes-vous ?

Accompagner votre proche fragilisé après un accident, un diagnostic, est une démarche logique pour vous. Vous ne comptez pas les heures passées à son chevet et ne songez pas à parler de votre situation, encore moins de vous en plaindre. Pourtant, le rôle d’aidant a un réel impact sur votre vie personnelle, professionnelle ou votre santé. A l’occasion de la Journée nationale des aidants le 6 octobre, Lili smart consacre son dossier du mois aux conséquences de l’accompagnement sur la vie des aidants.

Afin de vous aider à préserver votre santé, nous avons réalisé le questionnaire Quel aidant êtes-vous ?. Grâce à lui, évaluez l’impact de votre rôle d’aidant sur votre vie, votre degré d’épuisement et bénéficiez de conseils adaptés pour soulager votre quotidien.

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Où trouver des séjours adaptés ?

Nombreux sont les aidants qui ne s’autorisent pas à penser aux vacances. Pourtant, il est important de s’autoriser des moments de répit pour apporter une aide de qualité tout au long de l’année. Pour cela, il existe des solutions, notamment les séjours adaptés. Où les trouver ? Découvrez-le dans notre troisième fiche pratique !

Plusieurs organismes ont mis en place des séjours adaptés où ils proposent aux aidants et/ou à leur proche malade âgé des vacances organisées et pensées pour eux afin qu’ils s’accordent un temps de répit et un moment de détente.
Vous trouverez ici les principales propositions pour les personnes aidants des personnes atteintes d’une pathologie neurodégénérative de type maladie d’Alzheimer et maladies apparentées :

 

Vacances Répit Famille

Vacances Répit Famille propose des villages vacances pour les personnes dépendantes et leur entourage. Il en existe trois en France : La Salamandre à Saint-Georges-sur-Loire (49) est adapté aux personnes atteintes de maladies invalidantes rares (neurologiques dégénératives ou neuromusculaires), Les Cizes à Saint Lupicin (39) pour les personnes avec des handicaps moteurs et Touraine à Fondettes (37). Ce dernier est exclusivement réservé aux personnes âgées et à leur famille. Des activités adaptées aux besoins de tous sont organisées sur place. L’accompagnant peut se reposer s’il le souhaite et confier son proche à une équipe médico-sociale intégrée au village vacances. L’aidant peut également profiter d’un programme d’information et de formation au sein de l’établissement pour être soutenu.

France Alzheimer et maladies apparentées

France Alzheimer et maladies apparentées propose chaque année, d’avril à octobre des séjours vacances dans différentes régions touristiques en France. Encadrés par des bénévoles et des professionnels spécialement formés, leurs séjours offrent à la personne malade et à son proche la possibilité de pratiquer diverses activités adaptées aux situations de chacun, ensemble ou séparément (excursions, activités festives, loisirs…). Les séjours ne sont pas médicalisés, un accompagnement psychologique collectif ou individuel peut cependant y être proposé. L’objectif de ce type de séjours est de rompre l’isolement, de favoriser les liens du couple aidant-aidé et d’apporter du répit à l’aidant. Plusieurs formules sont proposées :

  • Le séjour TEMPO proposé en priorité aux personnes à un « stade avancé » de la maladie. Les activités aidant/personne malade de ce séjour se pratiquent séparément permettant à chacun de profiter de ses vacances à son rythme.
  • Le séjour DÉTENTE accueille l’aidant et la personne malade qui profitent ensemble d’activités communes.
  • Le séjour DYNAMIQUE cible plus les couples de moins de 65 ans au regard des loisirs dynamiques proposés (marche, balade à vélo, aquagym…).
  • Le séjour SOLO accueille les aidants seuls confrontés à la perte récente ou à l’entrée en institution de leur proche.

 

France Parkinson

France Parkinson propose des séjours aidants-aidés renouvelés tous les ans. L’intérêt de ce type de séjour est double. Il permet d’une part de proposer des vacances standards avec des prestations classiques : aquagym, visite guidée, mini-golf… Et d’autre part, ce séjour offre un moment de répit aux aidants qui peuvent échanger et ne se sentent plus isolés. L’association a également créé un partenariat avec trois stations thermales (Ussat-les-Bains, Lamalou-les-Bains, Néris-les-Bains) pour que le malade bénéficie d’une cure adaptée pendant que l’aidant profite de soins relaxants.

 

La Fondation UTB

La Fondation UTB sous l’égide de la Fondation des Petits frères des pauvres, organise des séjours de répit de 4 jours, 4 fois par an, pour les malades jeunes (âgés de moins de 70 ans) atteints de la maladie d’Alzheimer et leurs aidants. 12 couples aidants-aidés sont pris en charge à chaque session. Ils organisent différentes activités avec le couple (visites, restaurant, jeux…) et des ateliers animés par une psychologue dans lesquels les aidants peuvent échanger.  Pour plus d’informations, appelez la présidente de la fondation Mme Bordier au 06 60 30 09 70.

 

De nombreux organismes se sont également spécialisés dans l’organisation de vacances adaptées pour personnes cérébrolésées, traumatisées crâniennes ou encore pour les personnes avec déficience intellectuelle. Ils proposent tout au long de l’année des séjours en France et à l’étranger, à la mer ou à la montagne, à la campagne ou en ville, sportifs et/ou culturels, d’une à deux semaines. Les séjours sont encadrés par des personnes ayant des connaissances sur les pathologies du public accueilli.  Vous trouverez ci-dessous un échantillon des organismes qui organisent ce type de séjour :

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Aidants, quels sont vos droits ?

La France compte 13 millions de personnes accompagnant un proche en perte d’autonomie et leur consacrant en moyenne 6,5 heures par jour. Ces derniers font face au stress, à la fatigue physique et psychique mais aussi au manque de temps. Les aidants ont-ils des droits ? Quels sont-ils ? Où peuvent-ils trouver de l’aide ? Découvrez-le dans notre première fiche pratique !

La ligne Santé Info Droit

En appelant au 01 53 62 40 30, des juristes et des avocats répondent aux questions juridiques et sociales en lien avec le droit de la santé. Vous pouvez également remplir le formulaire en ligne.

L’Allocation Personnalisée d’Autonomie

L’APA permet de financer une partie des dépenses nécessaires au maintien à domicile d’une personne dépendante, ou une partie des frais dédiés à son hébergement en établissement d’accueil.

Le congé de proche aidant

Le congé de proche aidant permet à toute personne, sous certaines conditions, de cesser son activité professionnelle afin de s’occuper d’une personne en perte d’autonomie, sans rémunération.

Le congé de solidarité familiale

Le congé de solidarité familiale permet au salarié d’assister un proche en fin de vie. Ce congé n’est en principe pas rémunéré par l’employeur, mais l’Assurance Maladie peut verser une allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie pendant 21 jours au cours de ce congé.

Le droit au répit

Le droit au répit permet, sous certaines conditions, d’obtenir auprès des départements une aide de 500 euros par an pour financer un accueil ponctuel du proche dépendant.

Le don de jours de congés

Le don de jours de congés par des salariés à des collègues s’occupant de personnes âgées ou handicapées.

Le baluchonnage

Le baluchonnage, qui est encore en expérimentation mais qui propose aux aidants de faire appel à un professionnel pour prendre soin d’un proche à domicile quelques jours, sans perturbation avec son environnement familier et ses repères, afin de s’autoriser un temps de pause. Venu du Canada, il vient d’être inscrit, début décembre 2017, dans un projet de loi français.

Devenir proche salarié

Vous pouvez aussi vous faire salarier par votre proche, sous certaines conditions, pour assurer les heures d’aide à domicile que l’APA lui permet de payer. Vous pouvez vous renseigner sur les démarches auprès du conseil général de votre département.

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.