Comment gérer les troubles attentionnels ?

En Europe, 1 personne sur 8 est concernée par les maladies neurologiques. Difficiles à appréhender, elles affectent les fonctions cognitives du malade, créant des troubles comme des difficultés au niveau de l’attention. Comment les gérer ? Découvrez quelques conseils dans la fiche pratique du mois.

Les troubles attentionnels ne sont pas toujours du côté du proche aidé. Soutenir une personne en perte d’autonomie est souvent fatiguant physiquement et mentalement. Il est fréquent que cela conduise à l’apparition de troubles attentionnels. Les conseils ci-dessous sont donc pour tout le monde, aussi bien pour les aidants que pour les proches aidés.

Que faire pour éviter les erreurs attentionnelles ?

1

Avoir recours à des aides mémoire externes comme un agenda, un calendrier, des cahiers, des rappels sur le téléphone afin de ne pas avoir trop d’informations à retenir.

2

Prendre des notes et s’y référer. De plus, le faire à des horaires réguliers peut aider à y penser.

3

Préférer les cahiers/carnets aux feuilles volantes/post-it que l’on perd plus facilement.

4

Prendre un temps tous les matins pour organiser sa journée, elle ne sera que plus productive.

5

Prendre l’habitude de faire des listes bien organisées afin de ne rien oublier.

6

Ne faire qu’une chose à la fois. En faire plusieurs conduit très souvent à la production d’erreurs et donc à une perte de temps.

7

Trouver une technique qui fonctionne pour chaque situation et toujours l’appliquer pour éviter de se mettre en échec.

8

Utiliser des indices qui sont personnels, se rattacher à ses connaissances anciennes et ses habitudes. Cela favorise la mémorisation.

9

Répéter une information à voix haute lorsque l’on veut la mémoriser permet de favoriser l’encodage.

10

Ne pas culpabiliser et ne pas se comparer aux autres, on se fixe uniquement sur nos faiblesses.

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.