#3 Et si moi aussi j’avais Alzheimer ?

Chaque année en France, 225 000 personnes sont diagnostiquées malades d’Alzheimer, soit 1 personne toutes les 3 minutes. Aujourd’hui, ce sont 3 millions de personnes qui sont touchées par la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées, dont près d’un million de malades. 2ème maladie la plus crainte par les français, comment se matérialise-t-elle ? Quels sont les troubles associés ? Comment les gérer et vivre avec ? A l’occasion de la Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer le 21 septembre 2018, Lili Smart vous donne les réponses dans son dossier du mois.

Et si moi aussi j’avais Alzheimer ?

Aider son proche atteint d’une maladie d’Alzheimer nous confronte à toutes ses difficultés quotidiennes : rangement de ses affaires dans des endroits saugrenus, difficultés à remplir ses documents administratifs ou encore problèmes de jugement. En prenant du recul et en réfléchissant à soi, vous êtes nombreux à trouver que vous avez des difficultés similaires à celles de votre proche et qu’elles sont bien plus présentes qu’avant.

A force d’être en contact avec ces difficultés au quotidien, vous avez tendance à vous questionner « Suis-je atteint par la maladie moi aussi ? ».

Rassurez-vous, avant de se poser de telles questions, il faut relativiser et ne pas s’alarmer trop vite. Ce qui diffère entre la maladie d’Alzheimer et la normalité est la fréquence des troubles, leur intensité et le fait que les difficultés énoncées ci-dessus entrainent ou non une perte d’autonomie. Il nous arrive à tous d’être confrontés à ces difficultés mais de manière occasionnelle et souvent réversible.

Être aidant n’est pas un choix anticipé, voulu et surtout préparé. Le fait de soutenir un proche en perte d’autonomie peut entrainer une détérioration de la santé physique, mentale ou cognitive. De nombreux facteurs tels que l’absence de temps de repos, la multiplicité des tâches ou encore la charge de travail pèsent sur votre mémoire. Il est donc normal que vous soyez moins performant qu’avant mais cette baisse de performance est réversible.

Cette position d’aidant couplée à l’avancée en âge, également synonyme de ralentissement général de la pensée normal, amène son lot d’erreurs attentionnelles. Saviez-vous par exemple que 50% des personnes âgées de plus de 50 ans se plaignent de perdre la mémoire ?

Les troubles cognitifs se caractérisent par leur degré de gravité ainsi que par la multiplicité de leurs causes. Avec l’âge, il est normal que notre cerveau traite plus lentement les informations et apprenne moins vite. De même, votre condition stressante d’aidant, qui impacte votre sommeil et votre alimentation, a une incidence sur vos capacités attentionnelles.

Enfin, le surmenage entraine un stress chronique qui peut générer de l’irritabilité, une impression d’être à fleur de peau ou encore une tendance à être moins patient. Il est donc très complexe de dire si vos difficultés quotidiennes s’inscrivent dans un processus neurodégénératif, tels que la maladie d’Alzheimer, ou si elles sont liées à votre vie très chargée. Seul un bilan complet en consultation mémoire pourra réellement le faire.

Si vous avez un doute, il ne faut pas hésiter à consulter. Même si vous n’avez aucune maladie, les spécialistes pourront vous soutenir et vous donner des conseils pour pallier vos difficultés quotidiennes.

Pour ce faire, demandez conseil à votre médecin traitant. Il vous orientera à la consultation mémoire la plus proche de chez vous et fera un courrier explicatif. Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer repose sur un entretien, une évaluation de vos fonctions cognitives et une imagerie cérébrale. L’IRM montre souvent une atrophie en particulier des régions hippocampiques. A l’issu de tous ces examens, le médecin vous recevra pour une consultation de conclusion. C’est à ce moment qu’il vous donnera des conseils personnalisés et vous orientera vers des structures adaptées si besoin.

 

Il existe également des solutions technologiques pour aider à la gestion de pathologies comme la maladie d’Alzheimer. Grâce à ses algorithmes d’intelligence artificielle, Lili smart vous permet d’anticiper les risques en détectant les comportements inhabituels, à distance et en temps réel. Par exemple, collez un capteur sur la porte du réfrigérateur de votre proche. Celui-ci va dans un premier temps analyser ses ouvertures et déterminer une routine d’utilisation. Puis, lorsque votre proche utilise le réfrigérateur de manière inhabituelle (pendant la nuit, pas du tout de la journée, etc.), vous recevez une alerte sur votre application. Vous pouvez ainsi observer sa nutrition tout en surveillant l’évolution de son autonomie et intervenir en prévention, dès qu’un changement important apparait, avant l’arrivée d’un incident. Cela fonctionne également pour la médication ou pour les sorties du domicile et vous permet d’éviter des situations à risques.

Équipé d’une montre connectée, votre proche dispose d’une sécurité complémentaire à son domicile et à l’extérieur. En cas de sortie du domicile, le GPS s’active automatiquement et sans action de votre proche. Les aidants peuvent aussi, pour plus d’autonomie paramétrer dans leur application une zone de sécurité étendue au quartier de leur proche, là où il a ses habitudes. En cas de sortie de votre proche des zones pré paramétrées, vous recevrez instantanément une alerte sur votre téléphone et pourrez le géolocaliser. Dotée d’un capteur accéléromètre, la montre détecte également les chutes et vous alerte en temps réel.

Avec l’application Lili smart, envoyez des rappels sur la montre de votre proche pour lui indiquer ce qu’il a à faire dans la journée (prendre ses repas, ses médicaments, son verre d’eau). Ceux-ci s’afficheront sous la forme de pictogrammes avec vibrations et l’aideront au quotidien s’il fait potentiellement face à des troubles de la mémoire. La montre Lili smart est donc à la fois une solution innovante de téléassistance nouvelle génération mais aussi et surtout un compagnon d’aide à l’autonomie qui aide les personnes en perte d’autonomie à rester à domicile le plus longtemps possible.

Seul ou avec d’autres aidants, vous avez du mal à vous organiser autour de votre proche ? Avec l’application Lili smart, enregistrez les ordonnances, planifiez les rendez-vous, listez des tâches et partagez-les, créez des conversations de groupe… Toutes les informations sont centralisées pour vous simplifier le quotidien.

Grâce à ces fonctionnalités variées, Lili smart vous assiste jour après jour et vous permet de vous concentrer sur l’essentiel : les moments passés avec votre proche.

 

 

En savoir plus

#1 Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : quels sont les troubles du comportement ?

#2 Troubles du comportement : comment les gérer au quotidien ?

#4 La communication avec son proche malade

Fiche pratique : Comment faciliter la communication avec son proche malade ?

Témoignage : Changer le regard sur la maladie d’Alzheimer

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.