#3 Sécurisez votre proche avant votre départ en vacances

Nombreuses sont les personnes qui s’occupent d’un proche en perte d’autonomie et ne s’autorisent pas à penser aux vacances. D’un côté l’été approche et vous voudriez en profiter pour aller voir des amis ou votre famille. D’un autre, votre proche a besoin de vous et ne pourrait pas s’en sortir sans votre présence à ses côtés. C’est là que surviennent le conflit entre ses besoins et les vôtres et la culpabilité. On croit souvent que les besoins d’une personne malade sont prioritaires sur les nôtres. Pourtant, prendre soin de soi pour éviter de s’épuiser est une condition indispensable au bon déroulement d’une aide de qualité qui perdure dans le temps.

Sécurisez votre proche avant votre départ en vacances

Vous vous occupez d’un proche en perte d’autonomie et l’aide que vous lui apportez au quotidien lui est indispensable. Vous allez partir en vacances et vous cherchez une solution pour qu’il puisse recevoir l’aide dont il a besoin pendant votre absence. Vous ne pouvez ou ne voulez pas vous appuyer sur des membres de votre entourage ? Ne vous inquiétez pas, de nombreuses solutions s’offrent à vous !

 

Organisez-lui des vacances en parallèle des vôtres

En dehors des séjours adaptés pour couples aidants/aidés, il existe également des séjours vacances réservés aux personnes malades. Cette solution permet aux familles de s’octroyer un temps de répit et aux bénéficiaires de profiter de vraies vacances.

De nombreux organismes se sont spécialisés dans l’organisation de vacances adaptées pour personnes cérébrolésées, traumatisées crâniennes ou encore pour les personnes avec déficience intellectuelle.  Ils proposent tout au long de l’année des séjours, plus ou moins longs, avec différents types de destination (mer, montagne, campagne…) en France et à l’étranger. Les séjours sont encadrés par des personnes spécialement formées aux pathologies du public accueilli.

Ces types de séjours sont plus rarement proposés aux personnes âgées mais certaines associations en ont fait leur spécialité. Par exemple, Eveli propose des vacances aux personnes souffrant de maladie d’Alzheimer ou apparentées. Votre proche partira seul pendant 8 jours dans un gite adapté. Il sera accompagné par de nombreux animateurs, formés à sa pathologie et à sa prise en charge. L’association est désireuse d’être le plus en lien possible avec les familles, les proches, ceux qui connaissent le mieux la personne. Vous serez donc fréquemment en contact avec eux, surtout pour bien préparer le voyage.

Vous pourrez trouver des propositions adaptées dans la fiche pratique Où trouver des séjours adaptés ?

 

Trouvez une solution d’hébergement temporaire

Les Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD)

De nombreux établissements d’hébergement permanent proposent quelques chambres d’accueil temporaire. Ils prennent en charge des personnes dépendantes pendant un temps défini, une ou plusieurs semaines. Vous pouvez trouver la liste des établissements proches de chez vous ainsi que leurs tarifs sur internet.

Les prix de la journée varient d’un établissement à l’autre, certains modulent le tarif en fonction de l’état de santé et de l’autonomie du résident. Cependant, ils comprennent tous l’hébergement, la restauration et les prestations liées à la vie quotidienne.

Pour alléger le coût de ces prestations, des aides existent :

  • Renseignez-vous auprès de votre caisse de retraite complémentaire ou de votre complémentaire santé, elles peuvent parfois contribuer à financer une partie du coût de l’hébergement temporaire.
  • L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie). Si vous bénéficiez déjà de l’APA à domicile, vous pouvez contacter l’équipe médico-sociale APA du conseil départemental pour lui demander d’étudier votre souhait. Si le plafond du plan d’aide APA est atteint, il est possible de bénéficier d’une enveloppe maximale de 500 € supplémentaire par an dans le cadre du droit au répit pour les proches aidants. Si vous ne bénéficiez pas de l’APA à domicile, vous pouvez bénéficier de l’APA en établissement pour financer une partie de votre séjour en hébergement temporaire en EHPAD.
  • L’ASH (Aide Sociale à l’Hébergement) est une aide financière que vous pouvez demander auprès de votre centre communal d’action sociale (CCAS) ou de votre mairie. Elle est versée par le conseil départemental aux personnes âgées hébergées en établissement lorsqu’elles ne peuvent pas payer l’intégralité des frais d’hébergement.

Les accueils familiaux

Des accueillants familiaux, agréés par le conseil départemental, hébergent des personnes âgées ou handicapées ne pouvant plus vivre seules à domicile, moyennant rémunération. Les résidents temporaires sont accueillis dans un cadre familial et partagent la vie quotidienne de la famille. Les accueillants familiaux s’engagent à garantir le respect de la santé, la sécurité et le bien-être de la personne accueillie.
Les prix sont fixés par l’hébergeur, il faut donc leur demander directement. Les aides financières citées pour l’hébergement temporaire en EHPAD peuvent également être mises en place lors d’un accueil familial.

Pour trouver les accueillants familiaux consultez le site www.famidac.fr.

Comment procéder pour un accueil temporaire en EHPAD ou en accueil familial ?

  • Allez au point d’information dédié aux personnes âgées le plus proche ou consultez www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr, www.famidac.fr ou www.accueil-temporaire.com pour vous informer sur les établissements et/ou familles qui proposent un hébergement temporaire près de chez vous.
  • Si grâce à l’APA vous bénéficiez d’aide à domicile. Vous devez prévenir le conseil départemental du changement de situation temporaire. Le plan d’aide APA est revu provisoirement et couvrira une partie des frais de l’hébergement temporaire. Prévenez également les aides domicile afin qu’elles ne viennent pas.
  • Anticipez les demandes autant que vous le pouvez car les procédures peuvent parfois être longues. Il faut compter les délais d’instruction ainsi qu’une visite sur place et il y a peu de places.

Autres

Des structures autres que les EHPAD procurent des hébergements temporaires. C’est le cas par exemple de plusieurs maisons d’accueil des Petits frères des pauvres qui proposent à certaines périodes de l’année de prendre en charge des personnes avec des troubles cognitifs. Cela dépend des accueils, il faut donc se rapprocher de la maison d’accueil la plus proche de chez vous.

 

Renforcez les aides à son domicile

Si les solutions précédentes ne vous conviennent pas, vous pouvez également laisser votre proche à son domicile en renforçant les aides. Le mois prochain, nous vous parlerons des aides à domicile existantes pour vous aider à vous y retrouver, ainsi que des financements dont vous pouvez bénéficier.

En cas d’absence vous devrez multiplier les relais. Le droit du travail en France impose des durées maximales quotidiennes et hebdomadaires de travail, de jour et de nuit, ainsi qu’une durée minimale de repos quotidien. Cumuler les aides a un coût, parfois élevé, surtout quand on doit avoir recours à des professionnels de nuit et/ou le week-end. Pour vous aider, le droit au répit peut être activé quand le plafond du plan d’aide APA de la personne aidée est atteint. Ce droit peut aider à financer les aides à domicile dans la limite de 500 € par an.

En plus des aides standards, vous pouvez mettre en place :

Le portage de repas

Vous pouvez vous rapprocher d’organismes qui apportent à votre proche des plateaux repas. La personne bénéficiaire d’un service de portage de repas choisit ses menus toutes les semaines à partir d’une proposition communiquée par le service. Ces repas peuvent être adaptés aux besoins du bénéficiaire en cas de régime particulier, par exemple régime sans sel.

Les gardes de nuit

Les services d’aide itinérante de nuit passent au domicile de votre proche pour le sécuriser ou l’aider à des horaires adaptés. Ils proposent des interventions de courte durée et l’aident dans les tâches dans lesquelles il est en difficulté (coucher, fermer les volets, habillage/déshabillage…).

Autres

  • L’association des Petits frères des pauvres propose des visites d’amitié pour atténuer la solitude pour les personnes de plus de 50 ans. La fréquence des visites se décide d’un commun accord entre le bénévole et votre proche. Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter le siège des Petits frères des pauvres au 0800 833 822.
  • Les solutions technologiques comme Lili Smart. Grâce à ses algorithmes d’intelligence artificielle, Lili smart vous permet d’anticiper les risques en détectant les comportements inhabituels, à distance et en temps réel. Par exemple, collez un capteur sur la porte du réfrigérateur de votre proche. Celui-ci va dans un premier temps analyser ses ouvertures et déterminer une routine d’utilisation. Puis, lorsque votre proche utilise le réfrigérateur de manière inhabituelle (pendant la nuit, pas du tout de la journée, etc.), vous recevez une alerte sur votre application. Vous pouvez ainsi observer sa nutrition tout en surveillant l’évolution de son autonomie et intervenir en prévention, dès qu’un changement important apparait, avant l’arrivée d’un incident. Cela fonctionne également pour la médication ou pour les sorties du domicile et vous permet d’éviter des situations à risques.
    Équipé d’une montre connectée, votre proche dispose d’une sécurité complémentaire à son domicile et à l’extérieur. En cas de sortie du domicile, le GPS s’active automatiquement et sans action de votre proche. Les aidants peuvent aussi, pour plus d’autonomie paramétrer dans leur application une zone de sécurité étendue au quartier de leur proche, là où il a ses habitudes. En cas de sortie de votre proche des zones pré paramétrées, vous recevrez instantanément une alerte sur votre téléphone et pourrez le géolocaliser. Dotée d’un capteur accéléromètre, la montre détecte également les chutes et vous alerte en temps réel.
    Avec l’application Lili smart, envoyez des rappels sur la montre de votre proche pour lui indiquer ce qu’il a à faire dans la journée (prendre ses repas, ses médicaments, son verre d’eau). Ceux-ci s’afficheront sous la forme de pictogrammes avec vibrations et l’aideront au quotidien s’il fait potentiellement face à des troubles de la mémoire. La montre Lili Smart est donc à la fois une solution innovante de téléassistance nouvelle génération mais aussi et surtout un compagnon d’aide à l’autonomie qui aide les personnes en perte d’autonomie à rester à domicile le plus longtemps possible.
    Vous souhaitez pouvoir communiquer avec vos proches à proximité ou les professionnels qui interviennent à domicile ? Avec l’application Lili Smart, listez des tâches, partagez-les ou consultez leur avancement à distance. Dialoguez avec les différents aidants et créez des conversations de groupe… Toutes les informations sont centralisées pour vous simplifier le quotidien.
    Grâce à ces fonctionnalités variées, Lili Smart vous assiste jour après jour, même en vacances, et vous permet de profiter en toute sérénité.

 

 

En savoir plus

#1 Voyagez en toute sérénité avec votre proche

#2 Partez en vacances avec votre proche dans un séjour adapté

Fiche pratique : Où trouver des séjours adaptés ?

Témoignage : Les séjours adaptés, du répit pour les aidants

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.