juillet 2017

Observez la prise du traitement

Votre proche vit seul à domicile et est atteint de troubles cognitifs ? Vous craignez qu’il puisse avoir des difficultés à réaliser ses tâches quotidiennes, notamment de prendre son traitement correctement ? Lili smart vous accompagne et vous permet de prendre soin de votre proche à domicile. Découvrez le cas d’usage n°3.

 

Après le diagnostic, ce n’est pas simplement la vie de votre proche qui est bouleversée, c’est aussi la vôtre. Vous devenez aidant et acceptez de nouvelles responsabilités. Notamment celle de protéger votre proche des risques dû à la dégradation de son autonomie. Ce rôle est encore plus délicat lorsque vous ne vivez pas avec votre proche. Vous avez des difficultés à observer l’évolution de son autonomie. Et par conséquent, à assurer sa sécurité à domicile.

Si votre proche est atteint d’une maladie neurodégénérative (Alzheimer, maladies apparentées, Parkinson…) ou de déficiences cognitives (AVC, traumatisme crânien), il peut avoir des difficultés à se souvenir des tâches quotidiennes qu’il doit effectuer et comment bien les exécuter. Lili smart vous permet d’observer ses habitudes de vie et de détecter, en temps réel et à distance, ses changements de comportement liés à la dégradation de son autonomie. Aujourd’hui, découvrez comment Lili smart vous accompagne dans la surveillance de sa médication.

Observez la prise du traitement

1

Collez le capteur sur le pilulier de votre proche à l’aide de double face. Il analyse les mouvements du pilulier et détecte les changements de comportements dans les habitudes de vie de votre proche.

3

Votre proche reçoit les rappels de prise du traitement sur sa montre qui s’affichent sous forme d’un pictogramme avec vibrations.

2

Programmez les rappels de prise des médicaments via votre application Lili smart.

4

Si le capteur détecte une irrégularité dans la manipulation du pilulier, comme des utilisations moins fréquentes ou plus importantes représentant un danger, vous recevez une alerte.

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Accidents & situations à risque : comment secourir son proche âgé ?

L’été et notamment les vacances sont des périodes plus calmes favorisant une baisse de la vigilance. Cependant les risques d’accidents domestiques pour votre proche en perte d’autonomie sont toujours présents et parfois même plus importants à cette époque de l’année. Canicule, chute, fausses routes… Comment l’aidant peut aider son proche maintenu à domicile ? Quels sont les bons gestes en cas de danger ? Lili smart vous apporte quelques recommandations.

 

La déshydratation

L’été, les risques de canicule sont importants et dangereux pour les personnes âgées. Dans les EHPAD, les équipes de soins sont formées aux risques de déshydratation et aux bons gestes. Cependant, lorsque votre proche vit à domicile, il faut redoubler de vigilance.

Prévenir les risques

Pour éviter la déshydratation, veillez à ce que votre proche boive régulièrement tout au long de la journée. Il est préférable que son domicile reste le plus au frais possible. Pour cela, gardez les volets fermés ou entre-ouverts. Si possible, essayez de lui faire adapter son alimentation en lui proposant des produits riches en eau (concombre, melon, pastèque, tomate…).

Agir

Un cas de déshydratation peut se reconnaître aux maux de têtes, à la bouche et aux lèvres sèches, à la perte de poids et à la fatigue.

S’il s’agit d’une déshydratation légère vous pouvez dans un premier temps :

  • allonger la personne ;
  • la dévêtir ;
  • la rafraîchir par application de linges humides ;
  • l’éventer ;
  • lui donner à boire plus souvent et en quantités plus importantes, notamment des boissons sucrées ou salées.

S’il s’agit d’une déshydratation plus sévère, appeler les secours en composant le 15 ou le 112.

Les chutes

Les chutes sont la première cause de mortalité chez les seniors. En France, chaque année, 400 000 personnes âgées sont victimes d’une chute, dont 12 000 en décèdent.

Prévenir les risques

Pour prévenir les risques de chute, de simples astuces peuvent être mises en place. Par exemple, vous pouvez retirer les tapis au domicile de votre proche pour éviter qu’il se prenne les pieds dedans. Si des fils de différents appareils électriques sont dans le passage, fixez-les à l’aide d’adhésif ou de baguettes. Si votre proche rencontre des problèmes d’équilibre, vous pouvez aménager son domicile pour lui permettre de trouver des points d’appui. Placez des meubles (chaises, tables d’appoint) à des endroits stratégiques du domicile. Les barres d’appui constituent également une aide efficace dans les toilettes ou la salle de bain par exemple.

Agir

En cas de chute de votre proche, vérifiez s’il va bien, s’il souffre et s’il est capable de mobiliser ses membres. Puis, aidez-le à se relever doucement. En cas de doute, conduisez votre proche chez le médecin pour vérifier que tout va bien ou appelez le 15, le 18 ou le 112.

Si la personne souffre et qu’elle n’est pas en mesure de se relever, n’essayez pas de la relever et contactez les secours au 15, 18 ou 112. Restez avec elle en attendant leur arrivée et rassurez-la.

source : brochure Inpes

Les fausses routes

La fausse route est l’action d’avaler accidentellement un aliment par le larynx, et donc vers les poumons, plutôt que par l’œsophage, créant ainsi une incapacité à parler et à respirer. Les fausses routes à répétition peuvent être une conséquence d’un trouble de la déglutition.

Prévenir les risques

Pour réduire les risques de fausses routes, vous pouvez adapter l’alimentation de votre proche en appliquant ces quelques conseils :

  • Choisir des aliments faciles à mâcher ;
  • Privilégier les petites bouchées ;
  • Éviter les petits aliments (riz, petits pois, blé, semoule…) ;
  • Servir des plats/boissons chauds ou froids et non tièdes ;
Agir

Si votre proche s’étouffe, il faut agir vite :

  1. Commencez par lui donner un maximum de 5 claques dans le dos. Après chacune d’elles, vérifiez si le corps étranger a été rejeté et si tout rentre dans l’ordre. S’il reprend sa respiration et tousse, il est inutile de continuer.
  2. Cela ne fonctionne pas ? Effectuez un maximum de 5 compressions abdominales.
  3. Le problème persiste ? Alternez 5 claques dans le dis et 5 compressions abdominales.
  4. Si votre proche perd connaissance, posez-la doucement au sol et appeler immédiatement les secours (15, 18 ou 112) puis commencez une réanimation cardio-pulmonaire avec 30 compressions thoraciques jusqu’à ce que les secours arrivent.
Les claques dans le dos

Tenez-vous sur le côté et un peu en arrière de votre proche. Penchez-le vers l’avant en soutenant sa poitrine d’une main et donnez-lui un maximum de 5 claques entre les omoplates.

Les compressions abdominales

Tenez-vous derrière votre proche et placez vos bras autour de la partie supérieure de son abdomen. Penchez-le vers l’avant. Placez un de vos poings fermés entre le nombril et l’extrémité inférieure du sternum. Maintenez votre poing en place à l’aide de votre autre main. Enfoncez fortement votre poing vers vous et vers le haut. Recommencez ce geste 5 fois au maximum.

source : Croix-Rouge française

Lili smart vous accompagne dans la prévention des risques

Grâce à Lili smart, vous êtes automatiquement alerté si des changements de comportement sont détectés chez votre proche.

En cas de forte chaleur, une alerte canicule vous est envoyée sur votre application Lili smart et s’affiche sur la montre de votre proche.

La montre Lili smart portée par votre proche détecte ses chutes. Lorsque cela se produit, vous êtes instantanément alerté sur votre smartphone. Vous pouvez ainsi vous rendre sur place immédiatement et/ou prévenir les secours.

 

 

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.

Maintien à domicile : les différents intervenants

En France, 8 personnes sur 10 préfèrent vieillir à domicile plutôt qu’en établissement spécialisé. Parmi elles, de nombreuses personnes en perte d’autonomie vivent seules chez elles et sont accompagnées par des aidants. Qu’elles soient touchées par le vieillissement, une maladie neurodégénérative (Alzheimer, maladies apparentées, Parkinson…) ou d’autres déficiences cognitives (cérébro-lésés, traumatisés crâniens…), leur maintien à domicile nécessite souvent de l’aide extérieure. Lili smart vous aide à y voir plus clair parmi les différents intervenants.

 

Les soins à domicile
L’infirmière

L’infirmière exécute les actes médicaux, suit les traitements médicamenteux et l’état de santé. Elle peut également aider aux actes de la vie quotidienne. Elle intervient sur ordonnance.

L’aide-soignant

Il accompagne la personne dans les actes de la vie quotidienne (lever, coucher, toilette, repas…), veille à son confort et à son hygiène. L’aide-soignant surveille également l’état de santé et aide à la prise des médicaments et des traitements. Il intervient souvent sous l’encadrement de l’infirmière.

Le masseur kinésithérapeute

Le kinésithérapeute intervient sur ordonnance médicale pour évaluer les capacités motrices, sensitives, sensorielles et cognitives afin de mesurer le niveau d’autonomie de la personne. Il a pour mission de prévenir la dégradation des capacités fonctionnelles et d’en assurer le maintien ou le rétablissement.

L’ergothérapeute

L’ergothérapeute accompagne les personnes ayant des difficultés motrices dues à un handicap, un accident ou un traumatisme. Il évalue les capacités gestuelles et établit un programme adapté pour les aider à récupérer ou à maintenir leurs capacités motrices pour réaliser les actes de la vie quotidienne (se déplacer, manger, s’habiller…).

L’orthophoniste

L’orthophoniste intervient, sur prescription médicale, dans le traitement des troubles du langage. Il réalise un bilan orthophonique du patient avant de mettre en œuvre un programme visant à traiter les troubles de la voix, de la parole, de la respiration et de la déglutition. Il rééduque les défauts de prononciation (bégaiement, dyslexie, dysphasie…). L’orthophoniste peut également traiter les difficultés d’écriture, de calcul ainsi que les pertes de parole (notamment après un accident cérébral ou une opération).

Le psychomotricien

Il intervient sous prescription médicale pour évaluer les capacités motrices de personnes ayant des perturbations psychologiques, mentales ou neurologiques. Il détermine l’origine des difficultés des patients et réalise un programme individualisé pour les rééduquer ou maintenir leurs fonctions. Ce programme peut passer par des activités relatives à l’équilibre, à la mémoire ou aux loisirs.

 

Les aides à domicile
L’auxiliaire de vie, l’assistante de vie

L’aide à domicile accompagne la personne à domicile dans les actes essentiels de la vie : l’entretien, le ménage, les repas, les courses, la toilette, l’habillement, les sorties… Elle peut également veiller au suivi de la prise des médicaments (pilulier préparé par l’infirmière ou le médecin).

Le portage de repas

Les sociétés ou associations de portage de repas livrent, selon la fréquence choisie par le bénéficiaire, des plateaux repas complets et équilibrés. Ce service permet aux personnes vivant seules à domicile de continuer à bien se nourrir sans avoir la contrainte de faire les courses ou de cuisiner. Le portage de repas peut prévenir la dénutrition ou les accidents domestiques.

L’aide-ménagère

L’aide ménagère a pour mission d’effectuer le ménage du logement et l’entretien du linge. Ce service permet aux personnes âgées ou à mobilité réduite vivant à domicile d’éviter les accidents domestiques comme les chutes.

 

Les activités de loisirs ou de répit
Le bénévole

Certaines associations proposent aux familles des activités de loisirs ou de simples visites réalisées par des bénévoles. Ces actions ont vocation à maintenir le lien social entre la personne à domicile et l’extérieur et à préserver les capacités cognitives et sociales. Elles permettent aussi aux aidants de se libérer des moments de répit.

L’art-thérapeute

L’art-thérapeute est un professionnel qui intervient à domicile pour proposer des activités artistiques (dessin, peinture, sculpture, écriture…) comme moyen de communication pour les personnes ayant des difficultés d’expression verbale ou émotionnelle, ou de communication.

 

S’organiser avec Lili smart

Pour vous organiser et communiquer entre aidants familiaux et avec les professionnels, Lili smart vous propose de multiples fonctionnalités. Grâce à l’application vous pouvez :

  • échanger par messagerie instantanée avec les intervenants au domicile de votre proche,
  • consulter les informations entrées par les professionnels sur votre compte Lili smart où que vous soyez et quand vous voulez (humeur, fréquence cardiaque, poids, glycémie, pression artérielle, autonomie, douleur, température…),
  • suivre le plan de soins,
  • rentrer vos ordonnances.

 

 

Lili smart est une application spécialement conçue pour faciliter le quotidien des familles qui accompagnent un proche en perte d’autonomie. Elle détecte les signaux faibles de dégradation de l’autonomie du proche en s’appuyant sur des capteurs placés à son domicile, une montre qu’il porte et une plateforme dédiée aux aidants.